Pourquoi les radioamateurs sont appelés « HAMS » ?

Au téléphone avec Rodolphe HB9VAB, nous avons bavardé autour de l’origine du nom de notre hobby.

Le radioamateur en français, avec le mot « amateur » donne peut-être une image décalée de notre activité. On peut dire « tu travailles comme un amateur » pour dire à celui qui a fait ce travail qu’il l’a fait comme un pied. On peut aussi parler d’amateur dans le sans de l’exercice d’une activité de façon non professionnelle, c’est bien sûr dans ce sens qu’il faut voir notre activité, comme si elle se situait dans un immense laboratoire mondial de télécommunication.

Qu’en est-t-il en anglais ? Et bien ce n’est pas beaucoup mieux ! Comme en français, les anglophones nous identifie comme « amateur radio » et plus communément « HAM radio ». Ham se traduit comme « jambon », ce qui n’est pas très reluisant. Mais pourquoi associer la radio avec du jambon ?

Rodolphe HB9VAB a voulu en savoir plus et nous fait part de sa recherche.

Dom. HB9HLI.

Pourquoi les radioamateurs sont appelés « HAMS » ?

(tiré du Florida Skip Magazine – 1959).

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les radioamateurs sont appelés « HAMS »? Voici donc l’histoire : le mot « HAM » appliqué dès 1908 était le CALL des premières stations amateurs de transmission sans fil exploitées par les amateurs du Harvard Radio Club. Il s’est agi de trois amis ALBERT S. HYMAN, BOB ALMY et POOGIE MURRAY.

Au tout début, ils ont appelé leur station « HYMAN-ALMY-MURRAY ». Manipuler un nom aussi long en morse est vite devenu fastidieux et a nécessité une révision. Ils l’ont changé en « HY-AL-MU », en utilisant les deux premières lettres de chacun de leurs noms. Au début de 1901, une certaine confusion s’est produite entre les signaux de la station sans fil amateur « HYALMU » et un navire mexicain nommé « HYALMO ». Ils ont alors décidé de n’utiliser que la première lettre de chaque nom, et le CALL est devenue « HAM ».

Au début, les pionniers radioamateurs, encore non réglementés, choisissaient leur propre fréquence et leurs propres lettres du CALL. À l’époque, comme aujourd’hui, certains amateurs avaient de meilleurs signaux que les stations commerciales. L’ingérence qui en a résulté a attiré l’attention des divers comités du Congrès à Washington et le Congrès a accordé beaucoup de temps à un projet de loi visant à limiter de manière critique l’activité radio amateur. En 1911, ALBERT HYMAN a choisi de le controversé par la WIRELESS REGULATION BILL, ceci comme sujet de sa thèse à Harvard. Son instructeur a insisté pour qu’une copie soit envoyée au sénateur DAVID I. WALSH, membre de l’un des comités instruisant le projet de loi. Le sénateur a été tellement impressionné par la thèse qu’il a demandé à HYMAN de comparaître devant le comité. ALBERT HYMAN a pris la parole et a décrit comment la petite station avait été construite et a presque pleuré quand il s’est exprimé en salle de comité, alors bondée, que si le projet de loi passait, les stations devraient fermer car personne ne pourrait payer les frais de licence et adapter les stations d’amateur HAM à toutes les exigences imposées par le projet de loi.

Le débat du Congrès a commencé sur le projet de loi visant à établir une réglementation sur la transmission sans fil, mais le BILL est finalement arrivé à la salle du Congrès et chaque orateur a évoqué le sujet en parlant «des pauvres petites stations HAM». La petite station de Harvard est vite devenue le symbole de toutes les stations amateurs du pays, qui du coup se sont écriées d’avoir été sauvées de la menace et de la cupidité des grandes stations commerciales qui ne voulaient pas des «HAMS».

C’est ainsi que tout a commencé. Il paraîtrait que l’on peut trouver toute l’histoire dans le Congressional Record.

La publicité nationale de l’époque, associant la station  » HAM  » aux opérateurs radioamateurs, a donc édicté, de ce jour à aujourd’hui et probablement définitivement, le nom « HAM » aux radioamateurs que nous sommes.

Ceci un article traduit, qui a été découvert en version originale anglaise sur le site : http://www.rfcafe.com/references/electrical/origin-of-ham.htm

Merci de votre attention.

Cordiales 73, Rodolphe HB9VAB

F6KCF – Canal Historique

Le Radio Club de la MJC d’Annemasse ne s’est pas toujours appelé F8KCF, et au début, il n’était pas à Romagny.
En effet, vers la fin des années 60, de nombreux radio clubs ont vu le jour
Une petite équipe de radio-amateurs a décidé de mettre en place un RadioClub à Annemasse.
D’après mes souvenirs, les initiateurs étaient Gérard F9DG, Jacques F5HV (SK) , MariePierre F5DN .. et quelques autres.
MJC_CentreLa toute nouvelle MJC d’Annemasse « centre », rue du 8 Mai , leur a ouvert ses portes et attribué un superbe local au 2ème étage.

Le budget généreux pour l’époque a permis d’acquérir en kit une ligne Heathkit SB301-SB401, qui fut rapidement cablée et installée.
Une antenne verticale 14AVQ complétait l’ensemble.

L’indicatif F6KCF ( Oui, F-Six-KCF ) a été attribué… et bien utilisé !

Les cours de morse étaient donnés par Gérard F9DG (futur Gerard-Amédée HB9ANT) et par Jacques F5HV.
Les cours de technique et de réglementation étaient l’apanage de F5DN qui venait de terminer ses études d’ingénieur.
Quand aux élèves, ils étaient assidus et passionés : Claude F1BHO, Guy F1BMI, Bernard F6BNH, Noel F6BGC, André F6AVE, Bernard F1VU, Daniel F1BYT (SK) , Alain F6DGA, Patrick F6DGB, Guy F1BMI devenu F5BMI  etc…

Thonon a démarré son club F6KBT sous l’impulsion de F5ND (SK).

Les radioamateur de Cluses ont également eu leur radio Club, F6KDG, et des petits jeunes comme Claude Milesi (F1RKI – Mouton) ou Alain Bozonnet -futur F5UAM- y ont fait leur premières armes!

Nous avons tous obtenu notre licence et nous sommes lancé à corps perdu dans de nouvelles activités : les portables 144 en montagne et les contests !

F6ITU 1970

Du 12 au 28 Juin 1970, la MJC et les radioamateurs de F6KCF se sont démenés pour organiser une superbe exposition dont le thème était  « Espace et telecommunication » .

f6itu verso
Le directeur de la MJC à l’époque, Alain Ruffié, nous avait bien aidé. Nous avions obtenu un échantillon de pierre de lune seulement un an après les premiers pas d’Armstrong !

Apollo

Ces authentiques minéraux de quelques grammes ont été ramené par Apollo 11 ou Apollo 12.

HP9100

Une « petite société californienne » nous a prêté un de ses premiers ordinateurs, le fameux Hewlett-Packard HP9100.
L’administration nous a attribué l’indicatif spécial F6ITU , en référence à « International Telecomunication Union » , comme 4U1ITU.
Le magasin radio-amateurs Equipel, Bd d’ivoy à Genève nous a également confié des modules Semco-Lausen pour le 144MHz, etc…
SemcoSet
Avec Albert F6ATU, nous avons connu nos premiers pile-up, et la couverture médiatique a été très importante.
Voici la qsl , coté recto et verso.

Retour vers le futur… Devenir radioamateur en 1970

Voici la fameuse vidéo de 15 minutes réalisée par la TSR (Télévison Suisse en 1970),
présentant les jeunes radio amateurs de la région de Genève et du radio club d’Annemasse, ex-F6KCF devenu depuis F8KCF.
Il s’agit de l’émission « Plein Gaz ».
Quelle émotion de découvrir quelques voix et visages bien connus… avec 47 ans de moins ;-).

Regardez bien cette vidéo vous reconnaitrez peut être :

  • Daniel ex-F1BYT (SK en 2003), 17 ans (Collonges sous Salève 74)
  • Bernard F6BNH , 15 ans (Collonges sous Salève 74)
  • Noel F6BGC, 17 ans (Bossey 74)

On y découvre d’autres “rookies”, Michel HB9ANZ, Serge HB9AMI, Pierre HB9AHK et les voix de Masson ex-F1CJK (SK) – F1ACO et Marie Pierre F5DN opérant F6KCF.

Voici le lien YouTube. et le lien vers le blog de Passion radio

Une quinzaine d’années plus tard (1985?), le Radio club F6KCF de la MJC centre a été fermé faute de participants.
L’indicatif F6KCF a été réattribué à l’ADRASEC 29.
Notre ami Marc Olanié au Petit Bornand a eu la chance de récupérer l’indicatif F6ITU qui est donc resté en Haute Savoie.

La renaissance du radio Club d’Annemasse début 1990 au foyer de Romagny sous l’indicatif F8KCF est une autre histoire..

Je suis à la recherche de photos et d’anecdotes concernant la période 1968-1985 de notre radio club.
Me contacter – 73 – noel f6bgc


F5KTR sur les traces du Général Ferrié …

Le GRAC  (Groupe RadioAmateur Cheminots) a commémoré la visite qu’a fait en son temps le Président du Northampton Wireless Club à la station T.S.F. de la Tour Eiffel dirigée par le Général Ferrié. C’est à l’initiative de Tom PERCIVAL journaliste qui a contacté Denis F4FBP, qu’un reportage a été réalisé au radioclub de la Gare […]

Histoire de la radio – 19 janvier 1923 Naissance de Paris PTT

L’École supérieure des Postes et Télégraphes fonde la station d’État Paris PTT. Alfred Denery en prend les commandes. Émettant en ondes moyennes depuis les locaux de l’École, Paris PTT diffuse des retransmissions musicales avant de lancer son premier journal national. Les PTT créeront par la suite de nombreuses petites stations régionales.
Histoire de la radio sur l’intern@ute

Histoire de la radio – 6 janvier 1923 Radiola diffuse le premier journal « parlé » en France

Radiola diffuse le premier journal « parlé » en France, présenté alors par Maurice Vinot. Fondée par Emile Girardeau, Radiola est la première radio privée et fait preuve d’initiative et d’innovation. Elle sera par la suite renommée Radio Paris et deviendra radio d’Etat en 1933.
Histoire de la radio sur l’intern@ute

Histoire de la radio – 5 novembre 1898 première démonstration publique de transmission sans fil

Le 14 novembre 1922, la BBC (British Broadcasting Company puis British Broadcasting Corporation) diffuse sa première émission. Fondée par plusieurs fabricants de radio qui perçoivent une redevance sur les postes, elle sera en situation de monopole jusqu’en 1955. Elle aura pendant la Seconde Guerre mondiale le statut de radio de la résistance en Europe et celui de soutien pour les troupes et la population du Royaume-Uni.
Histoire de la radio sur l’intern@ute