Un écran tactile… qu’on ne touche pas

Pas besoin de toucher la surface pour que le matériau réagisse.

Les écrans tactiles ont aussi des inconvénients, notamment l’usure mécanique et la transmission des bactéries et des virus. D’où l’intérêt d’écrans interactifs sans contact. Ceux-ci nécessitent un matériau dont les propriétés électriques (et optiques) changent lorsqu’un doigt s’en approche.

L’acide phosphatoantimonique est un solide cristallin qui, à température ambiante, absorbe l’eau et gonfle considérablement au cours de ce processus. Il peut donc être utilisé pour créer des capteurs qui réagissent de manière très ciblée à toute augmentation de l’humidité, comme la sueur sur la peau humaine, et ce en quelques millisecondes. Des nanofeuillets de phosphatoantimonate ont été utilisés pour obtenir une nanostructure photonique qui réagisse à l’humidité en changeant de couleur. Intégré dans un moniteur, ce dispositif permettrait aux utilisateurs d’avoir un retour visuel des mouvements de leur doigt lorsqu’il survole l’écran.

Les commentaires sont fermés.