Dans la PQR (Est Républicain) MELISEY Le collège dans la stratosphère

Au cours de l’année scolaire passée, quatre élèves de 5e ont travaillé dans le cadre d’un projet de ballon atmosphérique sur une mise à l’épreuve du froid de quelques matériaux isolants, sachant que dans leur petit laboratoire volant, la température atteindra -55°C environ. Ils ont réalisé une nacelle truffée de capteurs pour les mesures de température et définir les caractéristiques isolantes de quelques échantillons de matériaux ainsi qu’un appareil photo pour les images du vol.

Il y a quelques jours, au Pré-la-Rose à Montbéliard, ces collégiens, aujourd’hui en 4e , ont participé au lancement du ballon emportant leur projet. La veille, ils ont installé leur matériel dans une nacelle en polystyrène extrudé et grâce aux moyens fournis par le CNES, (centre national d’études spatiales) en collaboration avec le pavillon des sciences, cette nacelle allait voyager dans l’atmosphère, en théorie, jusqu’à 28 km d’altitude. Le jour J les derniers essais de communication radio entre la nacelle et l’ordinateur de réception étant faits, les capteurs déclarés opérationnels, tout est paré pour le gonflage et le compte à rebours. Le lâcher est effectué par David Geoffroy, coordonnateur du projet en relation avec le CNES. La joie devant l’essor de l’engin à la vitesse de 5 m/seconde fait vite place au stress de savoir si tout va fonctionner. Les données arrivent toutes les deux secondes au stand du collège et le dernier défi sera de retrouver la nacelle en fin de voyage. Grâce au réseau des radios-amateurs de Franche-Comté spécialistes de la « traque » des ballons sondes et leurs équipements, la récupération se fera en Allemagne à Schweighausen, 40 km à l’est de Sélestat. Un parcours de 120 km pour une nacelle portée par les vents d’altitude.

Et au collège, le décryptage des données se poursuit.
Est Républicain du dimanche 26 octobre 2014

Les commentaires sont fermés.