Dans la PQR: Un ballon pour l’école de Saint-Georges-d’Orques

Les élèves de CM2 de l’école Jean-Jaurès construisent un système de ballon-sonde équipé de deux nacelles pour réaliser des expériences à caractère scientifique et technique.

A l’initiative de leurs instituteurs et parrainé par le CNES (Centre national d’études spatiales), ce projet ambitieux permettra le lâcher d’un ballon-sonde le 25 avril à 14 h 15 devant leur école.

60 élèves y contribuent en réalisant deux nacelles dont une sera équipée d’un appareil pour établir des clichés du sol et la deuxième plus grande sera dotée d’un émetteur kiwi pour transmettre des données sur la température, la pression atmosphérique, luminosité et prendre des photos au milieu de la traversée.

La classe de Patrick Rey a été chargée de mettre en œuvre un système permettant de réaliser des photographies de la terre durant le vol.

source: Midi Libre – La classe d’Anouchka Corbillon, s’attache à réaliser un procédé pouvant larguer la première nacelle après une minute de vol soit, selon les conditions météorologiques, de 100 à 300 mètres de hauteur environ.

Le 28 mars, les élèves ont présenté leur prototype à M. Raffi du CNES, tuteur de leur projet. Hugo et Jonathan de la classe de Patrick Rey autre classe ont procédé au test de leur prototype de largage de nacelle.

L’avancement de leurs travaux respectifs a été validé. Des explications ont été données pour finaliser l’ensemble de leurs travaux. Le CNES fournira le ballon, l’hélium pour le gonfler, le parachute, le déflecteur radar pour éviter tout problème en traversant l’espace aérien. Les nacelles confectionnées par les enfants seront recouvertes d’une couverture de survie pour palier aux températures dans l’espace et elles seront assurées pour les risques de chutes sur des endroits inappropriés. M. Raffi a conclu en exposant comment le ballon allait gonfler jusqu’à éclater et libérer la deuxième nacelle qui sera peut être récupérée sachant qu’elle sera identifiable par une étiquette nominative mais que son point de chute pourra se produire à plus de 300 km de son point d’envol selon les vents.

L’idéal se sera de récupérer les deux nacelles pour terminer leurs expériences. La mobilisation des Saint-Georgiens, des parents le 25 avril à 14 h 15 sera nécessaire pour récupérer rapidement les photos de la première nacelle en bon état. Aussi, tous ces élèves comptent sur une présence importante ce jour là.

Les commentaires sont fermés.