Dans la PQR (La Nouvelle République): Salon Hamexpo au Grand Hall :  » Salut OM, vous m’entendez ? « 

Le petit monde du radio-amateurisme était rassemblé hier, au parc des expositions. Parmi eux, Claude, un retraité qui pratique cette discipline depuis l’âge de 14 ans.

Le salon international du radio-amateurisme et de la radiocommunication Hamexpo se tenait ce samedi, sous le parc des expositions à Tours. – (Photo NR, Hugues Le Guellec)

La bouteille de pétillant attend sur la table de camping, à côté du bol de chips. Devant son camping-car, à l’heure de l’apéritif, Claude attend des amis sur le parking du parc des expositions, là où se tient le salon Hamexpo, convoité par les radioamateurs de toute la France. « On vient ici pour chercher du matériel, des pièces qui nous manquent, confie Claude. Et puis, pour croiser les copains… »
Alors que sa compagne attend les invités à l’intérieur du camping-car (« moi, je ne pratique pas, mais je le suis »), Claude nous fait visiter l’intérieur de sa « demeure ». C’est ici, dans le véhicule, qu’il a installé sa radio sur la petite table centrale. « La mienne m’a coûté 1.500 €, mais on peut commencer avec moins, avec 300 € on a quelque chose qui tient la route. »
En pleine démonstration, une voix féminine, un peu brouillée sort de la radio. « C’est Mado, elle parle depuis ce matin. Je crois qu’elle est basée à Toulouse. »
Claude a commencé à « bidouiller » des radios à l’âge de 14 ans. « J’ai un peu piraté au début… » Et puis, il a passé sa licence (« c’est comme un CAP électronique ») pour pouvoir s’afficher officiellement radioamateur. « Ceux qui utilisent des cibi, c’est un peu comme ceux qui pratiquent le vélo le dimanche, nous les radioamateurs, on fait le tour de France. »
Qu’il soit au Maroc, en Italie, ou chez lui, dans les Deux-Sèvres, Claude reste accroché à sa radio. « On peut entrer en contact avec des radioamateurs du bout du monde, même des satellites. Je peux aussi faire du morse… » Sur les ondes, les hommes se font appeler « OM », les femmes « YL ». « 73, ça signifie amitiés… »
Et de quoi parle-t-on entre radioamateurs ? « Il y a des sujets interdits, comme la politique et la religion. On parle surtout techniques et météo… »

Tours, capitale des radioamateurs

C’est à Tours-Nord (32, rue de Suède) que se trouve le siège du Réseau des émetteurs français (Ref), la plus importante association de radioamateurs dans l’Hexagone. Cinq salariés y sont employés à l’année pour apporter de nombreux services aux quelque 6.000 adhérents du réseau.
Pascaline Mesnage

Les commentaires sont fermés.