Dans la PQR (Républicain Lorrain): Boulay-Moselle : les ondes s’affichent

J’ ai fait venir les plans des USA. Puis je me suis mis en quête d’un artisan qui accepterait le défi de réaliser cette girouette avec un manipulateur de Morse », explique Michel Baudoin, Boulageois passionné de radio amateur. Ce fondu des ondes a décidé de l’afficher dans son jardin. L’aide d’un ami professeur de mécanique lui a permis d’y coupler la partie mécanique. « Du costaud à l’épreuve du temps » a assuré M. Vincent, le fabricant.
un-peu-d-humour-en-morse-sur-le-mur-de-la-maison-photo-rlCar devant la maison de Michel Baudoin est posée une girouette en bois surmontée d’une main émettant des signaux en Morse, au hasard, selon la force du vent ! Si l’objet est tout à fait symbolique, il n’en reste pas moins « un hommage aux radiotélégraphistes du monde entier », rappelant le rôle essentiel du Morse dans les communications avant l’avènement des technologies modernes.

La girouette tourne maintenant depuis deux ans, « remisée en hiver pour lui assurer une longue vie ». Elle devrait toutefois ne pas rester seule encore trop longtemps car Michel Baudoin a déjà commandé au même artisan une réplique du télégraphiste présent sur la façade de la gare de Metz.
Le Morse

Michel Baudoin et son télégraphe éolien militent pour le Morse.  Photo RL

Michel Baudoin et son télégraphe éolien militent pour le Morse. Photo RL

Ornement de jardin ou pas, l’octogénaire télégraphiste a toujours cette même la même démarche : « Faire connaître ce langage universel qu’est le Morse, pratiqué désormais uniquement pour le plaisir par les radioamateurs du monde entier ».

Un langage Morse qui s’est essentiellement développé après la tragédie du naufrage du Titanic, et a servi dans des situations de détresse. S’étant documenté, Michel précise que le Titanic n’avait pas lancé un SOS, mais un signal périmé appelé CQD, émis trente-cinq minutes après la collision avec l’iceberg. En effet, le télégraphe n’était pas considéré comme un élément primordial d’alerte, mais comme un moyen de communication pour les affaires. Enfin, un navire voisin, à dix minutes seulement du naufrage (au lieu de 4h pour le Carpathia qui est intervenu) était coupé de radio par le Titanic, les deux émissions se gênant mutuellement ! Et ce navire, le Californian, voyant les fusées de détresse, les avaient interprétées comme une fête à bord… De quoi convaincre tous les sceptiques, de l’utilité du télégraphe !

PCSat NO-44 joue le trouble fête.

PCSATLorsque nous sommes actifs sur ISS en AX25 et en écoute permanente de la fréquence 145.825, de temps en temps des trames sont reçues épisodiquement avec une identification CW. Il est étonnant de trouver une réplique à ISS qui arrive sporadiquement de… je ne sais où !

En réalité ces signaux proviennent de PCSat NO-44 qui avait fini sa mission en février 2008. Mais il tourne toujours et lorsque les panneaux solaires sont suffisamment éclairés il reprend du service et passe son indicatif en cw W3ADO-1 et envoie des trames AX25. Il est conseillé de ne pas l’utiliser durant ces brefs périodes. Il est rapporté:
« Il y a des rapports pour l’Europe que certains utilisateurs ignorent la règle d’arrêt # 9 dans le contrat de service d’utilisateur de PCSAT et continue d’essayer d’utiliser PCSAT quand il est dans son mode de récupération de RESET. Ce mode est identifié par l’indicatif W3ADO-1 et n’est pas autorisé pour digipeating utilisation. Lorsque PCSAT est disponible pour utilisation, puis ses alias sont PCSAT, ARISS et APRSAT. Ceux-ci sont diabled alors que dans ce W3ADO-1 état ??sûr. Les tentatives visant à DIGIPEAT via W3ADO-1 ne sont pas autorisés et provoquer des interférences avec les opérateurs de signaux faibles en Europe ..»
http://aprs.org/pcsat.html

Facebook lance son drone Aquila pour fournir internet partout dans le monde


C’est via ce drone que Mark Zuckerberg espère rapidement mettre au point un réseau de communication laser dans les airs, afin de couvrir les zones qui ne disposent toujours pas à ce jour d’internet sur la planète et qui représentent pourtant une importante part de l’humanité.
Facebook termine son premier drone Aquila, destiné à fournir Internet dans le monde

Le réseau social Facebook n’a jamais caché son ambition de fournir internet à chaque humain de la planète et une couverture à chaque mètre carré du globe. Un défi que plusieurs autres géants du web tentent également de remporter. Facebook vient de faire un pas de géant puisqu’il a terminé son premier drone Aquila à échelle réelle.

Le drone Aquila a été conçu au Royaume-Uni, il a la taille d’un Boeing 737 pour un poids inférieur au plus petit modèle de voiture (environ 450 kilos). Yael Maguire un ingénieur travaillant sur ce projet a déclaré qu’une étape venait effectivement d’être passée et a révélé que « le système de communications laser peut atteindre des dizaines de gigaoctets par seconde, soit environ 10 fois mieux que le plus avancé actuellement».

En savoir plus