Dans la PQR: L’Adrasec s’est réunie en assemblée générale

L’Association départementale des radioamateurs gersois au service de la sécurité civile (Adrasec) 32 a reçu un nouveau véhicule. © Photo P. Dupouy

source: SUD-OUEST L’Association départementale des radioamateurs gersois au service de la sécurité civile (Adrasec) a tenu dernièrement son assemblée générale à l’auberge de la Baquère, à Préneron. Le président, Robert Couffinal, a fait un bref rappel historique. Avec le centenaire de la guerre de 14, on se rend compte que les débuts de la radio ne sont pas si lointains. Dés 1900, le lieutenant Férié avait compris l’intérêt de l’utilisation de la télégraphie sans fil (TSF), autant dans l’usage courant que militaire.

En 1902, les équipements fixes et mobiles qu’il a mis en place montrent leur efficacité après l’éruption de la Montagne Pelée, en assurant les liaisons radio pour coordonner les secours avec la Martinique coupée du monde.

Durant la Première Guerre mondiale, les lignes télégraphiques et téléphoniques sont rendues régulièrement inutilisables par sectionnement des câbles. De ce fait, la TSF joue un rôle primordial dans les passages d’ordre. À noter que les radios amateur de l’époque étaient appelés à servir comme radiotélégraphistes dans les rangs des armées.

De nos jours, nos réseaux de radio communication restent fragiles (AZF, le 21 septembre 2001, réseaux GSM saturé ; tempête Klaus en 2009, réseau de radiocommunication désorganisé…) « Notre rôle, précise le président, en plus des balises de détresse aviation, est de maintenir les réseaux supplétifs de radiocommunication autonomes et mobiles. Depuis plusieurs années, je milite en faveur d’une mutualisation des moyens de sécurité civile qui s’est concrétisée en 2011 par la signature de conventions avec la Croix Blanche et l’Unité d’intervention des premiers secours des Hautes-Pyrénées et, en 2013, la signature d’un partenariat avec l’association départementale de Protection civile du Gers. »

L’organisation des secours sur le terrain est tributaire des moyens de radio communication : il faut donc être capable d’émettre et de recevoir sur les différentes fréquences des acteurs de sécurité civile.

Un dispositif complété

Pour cela, l’Adrasec 32 souscrit à des fréquences de sécurité civile simples et relais permettant aux autorités, aux élus, aux responsables d’associations d’être en liaison et ceci en complément du réseau des fréquences des radios amateur. Tout ce dispositif en place s’est vu complété en début d’année, sur proposition du directeur du Sdis, le lieutenant colonel Barthet, par le don d’un véhicule utilitaire (ancien VSAB) à réaménager en véhicule de radio communication de terrain.

Financièrement, l’Adrasec 32 ne pouvait assurer les frais de fonctionnement et le réaménagement du véhicule. Le président remercie tous ceux qui ont soutenu financièrement ce projet.

Pierre Dupouy

Les commentaires sont fermés.