Dans la PQR: Bip, bip, biiiip… Le ballon sonde du collège Jean-Jaurès, à Aire-sur-la-Lys, n’est plus, il est perdu


…/…Dans la nacelle, il y avait un œuf, une tomate, un paquet de chips. Comment allaient se comporter ces trois éléments tout là-haut, à trente kilomètres, quand il gèle ? Les caméras embarquées étaient chargées d’enregistrer le résultat, de montrer l’influence de la pression, de fournir des images du collège, de la France, de la rotondité de la terre, depuis de l’espace.

Introuvable

Vendredi, après le repas, les élèves au cœur du projet ont donc gonflé à l’hélium le ballon en latex, lesté de tous ses éléments. Le vent était fort, très fort. L’engin a même failli accrocher l’un des pignons du collège, et une antenne. Mais il a filé à toute vitesse vers le sud. « Nous avions calculé qu’il devait voler pendant un peu plus de deux heures, qu’il allait éclater sous la force de la pression et tomber en Picardie, entre Beauvais et Rouen, doucement, grâce au parachute. » L’engin, grâce à la carte SIM et au GPS, devait émettre des signaux permettant de le retrouver. Il a effectivement bipé un moment, mais il est resté invisible aux yeux de ceux qui le cherchaient. Pour l’heure, il est toujours introuvable.

« Nous avons alerté les médias locaux, radios, journaux, pour qu’ils diffusent l’information, nous aident à retrouver le matériel. Sans résultat pour l’instant. » Plusieurs solutions. Ou le ballon a suivi les cloches rentrant de Rome, à moins qu’il soit tombé dans une zone peu couverte pour les émissions GPS. Ou un quidam aura trouvé intéressantes ces deux caméras, cadeaux tombés du ciel. L’espoir est encore de mise. C’est une expérience bâtie sur un an qui espère un coup de pouce du destin et un coup de fil salvateur d’une personne honnête ou férue de sciences.

source: la voix du nord

NDLR: Sur les terres de la dame aux ballons et de Ballons Radioamateurs France, ça fait brouillon.

Les commentaires sont fermés.