Dans la PQR: Albi. A 105 ans, Jean Touzot quitte les ondes

source: ladepeche.fr – Jean Touzot était le doyen des radioamateurs. À 105 ans, il se retire des ondes pour des raisons de santé. Rencontre avec un passionné de radiotélégraphie.

«J’ai décroché, j’ai tout arrêté». À 105 ans, l’Albigeois Jean Touzot a mis fin à sa carrière de radioamateur. Immobilisé dans un canapé à cause de problèmes de santé, il ne peut plus utiliser son émetteur radio pour communiquer en morse avec le monde entier comme il le faisait depuis 1936.

Dans son salon aux murs tapissés de photos de famille, il raconte: «J’ai appris le morse en 2 mois pendant mon service militaire dans le 28e Régiment du Génie, à Montpellier. C’est une langue universelle». Depuis le garage de sa petite maison albigeoise, il a fait le tour du monde grâce à son ancêtre d’internet: Inde, Japon, Cambodge, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande… Son sujet de discussion préféré avec ses interlocuteurs de l’autre bout du monde? «Le temps qu’il fait, on parle toujours de ça! Mais jamais de politique ou de religion, ça pourrait fâcher.»
Une vedette chez les radioamateurs

Interviews, médailles, félicitations venues du monde entier; quand Jean Touzot a fêté ses 100 ans en 2009, il est passé au rang de star de la radiotélégraphie. Il lui a même été offert un manipulateur morse unique, «crée spécialement pour (lui)», qu’il exhibe fièrement sous les yeux de sa fille Perrette. Et mais même si c’est avec un grand sourire qu’elle montre la radio de son père, il n’a jamais réussi à lui transmettre le virus. «Mon frère et moi, on n’a jamais rien compris à tout ça», rit-elle.

Quand Jean Touzot a annoncé qu’il quittait les ondes à cause de sa santé, il a reçu de nombreux hommages qui l’ont touché. «Mais je ne peux pas continuer, j’ai les mains qui tremblent, ça me fait faire des fautes de frappe», s’agace-t-il. Alors pour passer le temps, il fait des mots croisés. Mais finalement, il avoue malicieusement : «Il ne faudrait pas m’exciter beaucoup pour que je recommence quand même!»

la radiotélégraphie, l’ancêtre d’internet

Si aujourd’hui la radiotélégraphie est un loisir, elle avait auparavant une réelle utilité. Elle permettait d’envoyer des messages sur une très longue distance grâce à des codes de communication. «Ca pouvait servir pour les navires en détresse par exemple», explique Jean Touzot. «Internet nous a tout piqué», rit-il. «Sauf qu’il n’y a plus besoin d’apprendre le morse, c’est beaucoup plus facile.»
Marion Lot

Les commentaires sont fermés.